FreeBSD: Procédure pour l’installation du système d’exploitation

Bonjour,

Je continue avec la publication d’articles basiques qui seront utilisés plus tard comme point de départ pour de nouveaux articles.

Le but de l’article d’aujourd’hui est de montrer comment installé FreeBSD.

Mais qu’est ce que FreeBSD ?

FreeBSD est un système d’exploitation avancé pour les architectures compatibles x86 (y compris Pentium et Athlon), compatibles amd64 (y compris Opteron, Athlon64 et EM64T), ARM, IA-64, PC-98 et UltraSPARC. FreeBSD offre aujourd’hui des fonctions avancées pour le réseau, les performances, la sécurité et la compatibilité qui sont encore absentes d’autres systèmes d’exploitation, y compris certains des meilleurs systèmes commerciaux. FreeBSD est idéal dans le cadre d’un serveur Internet ou Intranet. Il offre des services réseaux robustes, même sous de fortes charges, et utilise efficacement la mémoire afin de maintenir des temps de réponses corrects pour des milliers de processus utilisateurs simultanés. La qualité de ce système d’exploitation combinée avec le coût très bas et les hautes performances des PC actuels font de FreeBSD une alternative économique aux stations de travail UNIX® commerciales. Il est très bien adapté à un grand nombre d’applications aussi bien pour les serveurs que pour les postes individuels.


Installation

FreeBSD peut s’installer depuis divers supports comme des CD-ROM, des DVD-ROM, des disquettes, des bandes magnétiques, une partition MS-DOS® ou, si vous avez une connexion réseau, directement depuis un serveur FTP anonyme ou un serveur NFS. Nous utiliserons dans notre cas la solution la plus simple qu’il soit, c’est-à-dire l’installation depuis un cdrom.

Avant de commencer, il nous faut nous le procurer. FreeBSD est disponible gratuitement sur son site officiel http://www.freebsd.org/fr/ sous forme de fichier image ISO à graver. La version de production disponible à l’heure de l’écriture de ces quelques lignes est la 7.1 mais la procédure est la même pour presques toutes les versions. Seul la version 9 utilise une nouvelle interface pendant la phase de mise en place.

Le premier cd, suffisant pour faire l’installation du système de base, est téléchargeable directement avec le lien suivant ftp://ftp.fr.freebsd.org/pub/FreeBSD/releases/i386/ISO-IMAGES/7.1/7.1-RELEASE-i386-disc1.iso. Dés que le fichier se trouve sur l’ordinateur, il peut être mis sur galette avec son logiciel de gravure préféré.

Une fois gravé, on insère le cdrom dans le lecteur de cdrom pour booter dessus et lancer le processus d’installation du système d’exploitation. Le boot sur cdrom, s’il ne se fait pas, peut soit être configuré dans le BIOS de l’ordinateur, soit exécuté depuis la liste de périphériques de boot accessible avec la touche du clavier F8 ou F12 au démarrage de l’ordinateur (a défaut voir la doc de sa carte mère ou de son serveur).


Etape 1 :
L’écran d’accueil du processus d’installation s’affiche une fois que le boot sur le cdrom a été pris en compte. Il faut appuyer soit sur la touche « 1 », soit sur la touche « entrée », soit attendre 10 secondes pour arriver sur le choix de la langue et de la configuration du clavier.

http://tinoob.free.fr/images/FreeBSD/freebsd_install_01.png


Etape 2 :
On choisi selon ses préférences, dans notre cas bien sur on prend le français comme langue et le clavier français avec le support des accents (tant qu’à faire). On aurait très bien pu choisir le mandarin avec un clavier russe mais ça aurait été plus difficile.

http://tinoob.free.fr/images/FreeBSD/freebsd_install_02_01.png

http://tinoob.free.fr/images/FreeBSD/freebsd_install_02_02.png


Etape 3 :
Sysinstall, l’utilitaire fourni par FreeBSD, est l’application qui permet de paramétrer l’installation du système d’exploitation. La navigation à l’intérieur de ce dernier se fait grâce aux touches fléchées (haut, bas, gauche, droite), tabulation, espace et entrée.

Nous avons le choix entre différents types d’installations : standard, express et personnalisée (custom). L’option personnalisée, comme son nom laisse sous entendre, permet de ne sélectionner que les composants souhaités. C’est donc vers celle-ci que nous allons nous tourner. Se positionner sur « Custom » et valider avec la touche « entrée ».

http://tinoob.free.fr/images/FreeBSD/freebsd_install_03.png


Etape 4 :
Le but à atteindre étant la mise en place d’un serveur, nous utiliserons la totalité de l’espace disponible sur le premier disque que nous partagerons selon nos besoins.
Le nombre minimal de partitions nécessaire pour un système de type unix/linux est de deux. Ces deux partitions sont la partition d’échange (swap) et la partition racine ou root (/). Ce partitionnement n’étant pas très bien adapté dans notre cas, nous allons en faire un qui soit personnalisé et qui corresponde plus à nos besoins.

Les partitions qui vont être créées sont les suivantes :

	Nom	Taille	
		
	swap	2 Go	
	/	5 Go	
	/tmp	1 Go	
	/usr	20 Go	
	/var	5 Go	

Pour indiquer que l’on veut utiliser le disque entier pour notre installation, il faut :
• se positionner sur « Partition » et valider avec la touche « entrée ».
• se positionner sur le premier disque (ad0) et presser la touche « entrée ».
• appuyer sur la touche « a » pour sélectionner tout le disque.
• appuyer sur la touche « q » pour quitter « FDISK Partition Editor ».
• se positionner sur « Standard » et valider avec la touche « entrée ».

http://tinoob.free.fr/images/FreeBSD/freebsd_install_04.png

Ensuit pour revenir aux options d’installation personnalisée, il faut appuyer sur la touche « tabulation » et valider avec la touche « entrée ».


Etape 5 :
La suite de la procédure consiste à créer les labels (partitions)

Pour créer les différentes partitions, on doit :
• se positionner sur « Label » et presser la touche « entrée ».
• appuyer sur la touche « c » pour créer une partition
• renseigner la taille de la partition
• renseigner le type de partition (système de fichier (FS) ou partition d’échange (swap))
• renseigner le point de montage (uniquement pour les partitions de type FS)
• recommencer les étapes 2, 3, 4 et 5 pour créer le nombre de partitions souhaitées.

http://tinoob.free.fr/images/FreeBSD/freebsd_install_05.png

Une fois toutes les étapes de partitionnement effectuées avec succès, on a :

http://tinoob.free.fr/images/FreeBSD/freebsd_install_05_02.png

Appuyer sur la touche « Q » pour quitter « FreeBSD Disklabel Editor ».


Etape 6 :
Pour la mise en place d’un serveur, plus il y a de logiciel installé plus il y a de probable failles de sécurités. C’est pourquoi il est préférable de n’ajouter que le strict nécessaire lors de l’installation du système d’exploitation. On mettra en place donc un système de base (minimal) auquel on ajoutera les différents pages de manuel (man). Cette installation sera donc suffisante comme point de départ.

http://tinoob.free.fr/images/FreeBSD/freebsd_install_06.png

Pour la mise en place de notre système de base, il faut se positionner :
• sur « Distributions » et valider
• sur « Minimal » et l’activer avec la touche « entrée »
• sur « Custom » et valider
• sur « Man » et l’activer avec la touche « entrée »
• une première fois sur « Exit » et valider
• une seconde fois sur « Exit » et valider pour revenir au menu de configuration personnalisée.


Etape 7 :
C’est maintenant que le media d’installation prend tout sens. En effet, à partir d’ici on peut configurer le support depuis lequel le système sera mis en place. La solution retenu plus haut est l’installation depuis le cdrom.

Pour le media d’installation, on selectionne « Media » puis CD/DVD.

http://tinoob.free.fr/images/FreeBSD/freebsd_install_07.png

http://tinoob.free.fr/images/FreeBSD/freebsd_install_07_02.png


Etape 8 :
Jusqu’ici aucun des paramètres spécifiés pendant la procédure de configuration n’a été appliqué. C’est-à-dire que si une erreur a été faite, on peut recommencer la procédure depuis le début ou reprendre point par point.
Par contre, si les renseignements fournis sont corrects, on peut les confirmer et valider l’installation.

Pour confirmer et valider le paramétrage et débuter l’installation, il faut :
• se positionner sur « Commit » et appuyer sur « entrée »
• se positionner sur « Yes » et appuyer sur « entrée » encore une fois

http://tinoob.free.fr/images/FreeBSD/freebsd_install_08.png

La procédure d’installation de FreeBSD se met en route. Cela peut prendre plus ou moins de temps en fonction de la configuration matériel. Il faut néanmoins compter une bonne dizaine de minutes pour arriver à la fin.


Etape 9 :
Si tout s’est déroulé sans problèmes, on est invité à aller au menu de configuration, chose que l’on va faire pour peaufiner le système avant de redémarrer.

http://tinoob.free.fr/images/FreeBSD/freebsd_install_09.png

Première modification, on va créer/modifier le mot de passe pour le compte root (compte administrateur de la machine). Pas de difficultés en vue, on rentre une première fois le mot de passe et on le confirme.

http://tinoob.free.fr/images/FreeBSD/freebsd_install_09_02.png

Ensuite, on va définir la zone horaire dans laquelle on se trouve. Pour cela, il faut :
• se positionner sur « Time zone » et valider
• se positionner sur « No » pour choisir la zone local et valider
• sélectionner « Europe » et valider
• sélectionner « France » et valider
• se positionner sur « Yes » pour confirmer le réglage

http://tinoob.free.fr/images/FreeBSD/freebsd_install_09_03.png


Etape 10 :
Ensuite, on revient au menu de configuration principal pour redémarrer notre serveur. Pour cela, il faut :
• se positionner une première fois sur « Exit » et valider
• se positionner une seconde fois sur « Exit » et valider
• se positionner sur « Exit Install » et valider
• sélectionner « Yes » et valider

http://tinoob.free.fr/images/FreeBSD/freebsd_install_10_02.png

Comme dit par le dernier message affiché, on retire le cdrom du lecteur cd pour ne pas démarrer dessus a nouveau.

Pendant le redémarrage de la machine, s’affiche le menu d’accueil du système.

http://tinoob.free.fr/images/FreeBSD/freebsd_install_10.png

Cela ne vous rappelle rien ? Si si, c’est bien le même écran d’accueil que lors du démarrage sur le cdrom, seulement ici c’est bien le système qui démarre depuis le disque dur (si le cdrom d’installation a bien été retiré de son lecteur).


Configuration Post install

Pour finaliser notre installation, il rest quelques points a régler pour avoir un système utilisable. Ces points sont le nom d’hote, la configuration réseau et l’accès à distance.

Après redémarrage du système, on se loggue avec le compte root et le mot de passe que l’on a défini plus haut.

Le nom d’hote définie ici sera diablotin.home.lan. A vous d’adapter avec vos propres valeurs. Ci dessous la commande pour renommer la machine.

echo 'hostname="diablotin.home.lan"' >> /etc/rc.conf

On poursuit avec la configuration réseau de la machine. Ici les informations requises sont l’adresse ip (192.168.3.113), le masque de sous réseau (255.255.255.0), la passerelle (192.168.3.251) et le serveur dns (10.1.1.253).

On repère le nom de l’interface réseau à configurer

ifconfig | grep flags | awk -F: '{print $1}'

fxp0
lo0

lo0 étant l’interface locale, l’interface a configurer est donc fxp0

echo 'defaultrouter="192.168.3.251"' >> /etc/rc.conf
echo 'ifconfig_fxp0="inet 192.168.3.113 netmask 255.255.255.0"' >> /etc/rc.conf
echo 192.168.3.113		diablotin.home.lan diablotin >> /etc/hosts
echo nameserver 10.1.1.253 >> /etc/resolv.conf

On finit avec l’activation du serveur ssh. Celui fait parti du système de base de FreeBSD sSeulement il n’est pas démarré automatiquement. Pour le mettre en route immédiatement et pour qu’il démarre les fois prochaines sans qu’on lui demande, deux commandes suffisent.

# echo sshd_enable="YES" >> /etc/rc.conf
# /etc/rc.d/sshd start

Par défaut FreeBSD ne permet pas de pouvoir se connecter en ssh sur la machine avec le compte root (sécurité oblige !). On va donc ajouter un utilisateur simple qui nous servira pour la connexion à la machine en ssh. On en profitera pour lui attribuer un mot de passe. Comme tout compte, il est fortement conseiller de lui mettre un mot de passe compliqué.

FreeBSD n’autorise pas n’importe qui à pouvoir utiliser la commande « su » pour passer « root » sur la machine. Seul les utilisateurs qui font partis du groupe « wheel » ont le droit de passer « root ». Il nous faut donc ajouter l’utilisateur au groupe « wheel ».

# pw useradd -s /bin/csh -G wheel -m -n moncompte
# passwd moncompte
Changing local password for moncompte
New Password:
Retype New Password:

Un dernier reboot pour appliquer tous ces changements et on y est :)

A bientôt pout de nouvelles aventures. pre

2 comments on “FreeBSD: Procédure pour l’installation du système d’exploitation

  1. Pingback: FreeBSD: Sécuriser le système contre la défaillance d’un disque | La cabane de l'admin

  2. Pingback: FreeNAS: ZFS et zpool v28 dans la 8.0.4 | La cabane de l'admin

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


quatre × = 28

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>